Avec quelques collègues et ami(e)s, nous avons écrit une lettre à notre Président de Parti, Elio Di Rupo, pour lui signifier notre étonnement (le mot est faible !) quant à l'organisation d'une mission économique en Israël. La voici :

En tant que militants du parti et parlementaires nous aimerions attirer votre attention sur la mission économique en Israël qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2015. Alors que la situation sur place ne cesse de se dégrader, cette mission pose de réelles questions sur la prise de position de nos autorités régionales francophones.

En effet, en décembre 2014, le Parti socialiste s’était opposé au maintien d’une mission identique et ce, « au vu de la situation difficile » qui prévalait quelques mois seulement après l’opération militaire « Bordure protectrice ».

Nous vous posons la question Monsieur le Président : « pensez-vous que cette situation se soit réellement améliorée depuis ? ». Le processus de colonisation ne cesse de s’accentuer, les détentions administratives sont de plus en plus nombreuses, les violations des droits humains sont légion, le blocus de Gaza se poursuit, aucune enquête indépendante et sérieuse n’a pu avoir lieu sur l’offensive. 

Il y a quelques mois, le Ministre des Affaires étrangères belge prenait une initiative concernant l’étiquetage des produits qui proviennent des colonies israéliennes. Depuis le mois dernier des «guidelines» européens ont été adoptés en ce sens. Cette mesure, bien que minimaliste, a le mérite de faire la lumière sur la problématique. La réaction nauséabonde du Premier Ministre israélien à l’issue de cette prise de décision européenne nous amène à nous poser la question, très clairement, du soutien à un tel régime.

Maintenir aujourd’hui cette mission en Israël contribuerait à soutenir un gouvernement que les défenseurs des droits humains et les mouvements de paix israéliens qualifient d’extrême-droite.

Nous vous demandons dès lors, Monsieur le Président, de prendre position pour une annulation de cette mission économique, ainsi que de plaider dans le sens de l’interdiction, en Belgique, des produits issus des colonies.

Nous vous remercions pour l’attention que vous accorderez à ce courrier et vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Gwenaëlle Grovonius, Stéphane Crusnière, Eric Massin, Jean-Marc Delizée, Nawal Ben Hamou, Ozlem Ozem, Emir Kir, Julie Fernandez Fernandez, Paul-Olivier Delannois, Sébastian Pirlot, Députés fédéraux.

Pierre-Yves Dermagne, Anne Lambelin et Latifa Gahouchi, Véronique Jamoulle, Députés wallons et Sénatrices. 

Julien Uyttendaele, Jamal Ikazban et Catherine Moureaux, Députés bruxellois.

Comment