• 13 février 2019 - Un Belge sur cinq vit aujourd’hui dans une situation de pauvreté, tandis que les richesses sont de plus en plus concentrées entre les mains de quelques-uns. C’est inacceptable !

    C'est pourquoi aujourd’hui je soutenais la grève nationale.

    Pour réduire les inégalités, le Parti Socialiste formule une série de propositions de lois et de mesures : réduire la TVA sur l’électricité de 21% à 6% ; la gratuité chez le médecin généraliste et le dentiste ; augmenter le salaire minimum à 14€ brut/heure ; des pensions minimales à 1.500€ net/mois ; renforcer les transports publics et réduire leur coût ; etc.

  • 25 janvier 2019 - La solidarité est un devoir pas un délit !

    Aux Ecuries (La Vénerie) de Watermael-Boitsfort, j’ai participé à la conférence-débat "La solidarité n'est pas un délit" avec un représentant de la plateforme citoyenne.

    Se rendre compte de la chance que nous avons de vivre dans un pays en paix, où souvent les seules questions sont celles de notre confort nous fait oublier qu’ailleurs et même ici, des humains sont en véritable souffrance…

    Il n’est pas tolérable que l’élan de solidarité — oserait on dire de résistance ? — soit considéré comme un délit. Comment oser penser que d’aider des humains en danger puisse conduire à une pénalisation de leurs actes alors que justement ce seraient l’absence de solidarité qui serait à proprement parler un délit ?

    "L’entraide - l’autre loi de la jungle" écrivait Pablo Servigne. Que par le passé, un monde hostile et pauvre a fait émerger une culture de l’entraide, dans laquelle la coopération a été synonyme de succès. Sans cela, sans doute que nos ancêtres n'auraient pas survécu. Cette culture de l'entraide a changé notre rapport au monde, favorisant la création d’abondance. Ce monde a fini par créer une culture de l'égoïsme dans un contexte ou on a plus besoin ni de son prochain ni de son voisin.

    Le cycle peut recommencer avec à nouveau l’émergence d’une culture de l’entraide. Ce sont ces sujets dont j’ai parlé ce soir.

    Une initiative de Laïcité Watermael-Boitsfort.

  • 16 décembre 2018 - Stop au racisme

Au premier rang et d'une seule voix avec les bruxellois, avec Simone Susskind, Hasan KoyuncuJamal Ikazban et Julien Uyttendaele nous avons dit stop à la politique de "diviser pour régner" de la droite lors de la mobilisation antifasciste.

Manif 1.jpg

Le fascisme, le racisme et la politique de misère n'ont pas de place en #Belgique 🇧🇪

Avec mes camarades bruxellois.e.s Caroline Désir, Julien Uyttendaele, Hasan Koyuncu, Marc-jean Ghyssels et Mohamed Ouriaghli nous nous sommes joints aux citoyens, venant de quatre coins du pays 🇧🇪, lors de la grande marche pour le climat; afin que des mesures ambitieuses soient prises pour lutter contre le changement dramatique du #climat. 

En effet, le réchauffement climatique constitue une menace pour le futur de ce bien précieux que nous avons: la #TERRE🌏
Le #PS propose: 
- Faire de Bruxelles et de la Wallonie les deux premières régions d'Europe sans gaz à effet de serre d'ici 2050; 
- Augmenter les aides pour isoler son logement et accompagner les citoyens du début à la fin des travaux, surtout ceux qui ont moins de revenus; 
- Augmenter les coopératives regroupant les pouvoirs publics et les citoyens pour investir dans les énergies renouvelables pour tous; 
- Créer des pistes cyclables et soutenir les vélos et voitures partagés pour une meilleure mobilité pour tous; 
- Investir 5 milliards d'euros dans les transports publics pour avoir plus de transports collectifs, plus diversifiés et plus confortables; 
- Plus de circuits courts dans l'alimentation pour offrir des aliments de qualité aux citoyens et réduire les pollutions liées au transport. 
#clamitheclimat #agissonsmaintenant

Des activités éducatives et culturelles y sont organisées quotidiennement afin de sortir de l'isolement des personnes fortement désocialisées... Un projet magnifique et tellement nécessaire ! Bravo à toute l'équipe !

Des activités éducatives et culturelles y sont organisées quotidiennement afin de sortir de l'isolement des personnes fortement désocialisées... Un projet magnifique et tellement nécessaire ! Bravo à toute l'équipe !

L’Espace « Ressources » propose un accompagnement collectif avec des ateliers éducatifs, artistiques et culturels. Un accompagnement individuel est aussi mis en place afin d’intervenir de manière ciblée à l’amélioration de la situation sociale de chaque participant. Pour chacun, l'espace réalise un bilan social à l’entrée ainsi qu’à la sortie du processus et négocie un contrat PIIS portant sur la participation aux ateliers, comme l’exige la nouvelle réglementation voulue par le Ministre en charge de l’Intégration Sociale.

 

 

 

  • 25 février 2018 - Personne n'est illégal !

migrants.jpg

Solidarité avec les réfugiés

 

En signe de solidarité aux 16.000 personnes séropositives en Belgique !

En signe de solidarité aux 16.000 personnes séropositives en Belgique !

  • 16/10/17 Les socialistes bruxellois étaient en visite hier au Musée Juif de Belgique pour l’exposition "Bruxelles terre d’accueil" ! 

 

  • 11 octobre 2017- Soutien avec l’action syndicale! piquet de grève ici à Bordet ✊️ #servicepublic 

Pourquoi la grève ? L’austérité budgétaire et le manque d’investissements publics - Le statut des fonctionnaires en voie d’extinction - Le droit de grève menacé. Et s'il n'y avait que ça !!!

Pourquoi la grève ? L’austérité budgétaire et le manque d’investissements publics - Le statut des fonctionnaires en voie d’extinction - Le droit de grève menacé. Et s'il n'y avait que ça !!!

Je soutiens la Grève.jpg
  • 8 octobre  2017 - DoucheFLUX - Permettre aux précaires de se refaire une beauté et de redresser la tête

Dans son service d'accueil de jour, DoucheFLUX offre de nombreux services. Après avoir pris une douche, les bénéficiaires ont la possibilité de faire une lessive. Il y a également des permanences médicales et psychosociales, des services bien-être et, pour les femmes, des trousses hygiéniques de Bruzelle.

Des consignes de différentes tailles se trouvent dans le foyer de DoucheFLUX. Il est également possible de s’y (re)poser un moment avec une tasse de café ou de thé, ou un verre d’eau, d’utiliser des ordinateurs et internet, et de recharger son gsm, smartphone ou tablette.

DoucheFLUX lance bientôt un guichet d’infos pour les plus précaires, organise une maraude et a une bibliothèque consacrée à la grande précarité pour toute personne intéressée à ce sujet.

Doucheflux.jpg

DoucheFLUX asbl
84 rue des Vétérinaires
1070 Bruxelles

Très bel après-midi et magnifique initiative citoyenne !

 

  • 13 septembre 2017 - Mise au vert des députés socialistes bruxellois à Lille! Un programme chargé et inspirant 

➡️ visite de l'Office Foncier Solidaire qui pérennise l'accession abordable à la propriété dans les villes
➡️ visite du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole qui s'adresse à toutes les personnes en situation de précarité et/ou SDF ayant des difficultés de continuité de soins
➡️ visite de l'Hôtel de Ville
➡️ visite guidée street art avec le Collectif Renart pour une découverte des fresques urbaines de Lille

 

 

  • 18 avril 2016 - Grand colloque au Parlement bruxellois qui fait le tour de la question de la pauvreté infantile - Que de constats navrants !

Une personne sur six vit en situation de pauvreté monétaire en Belgique, une sur cinq en Wallonie, une sur dix en Flandre et une sur trois à Bruxelles. Et les enfants ? En Belgique, les enfants sont proportionnellement plus nombreux à être pauvres que le reste de la population, quelque soit l’indicateur choisi – que l’on prenne un indicateur monétaire ou un indicateur basé sur les conditions de vie de ces enfants (avoir une nourriture saine, des chaussures, des vêtements, un peu de loisirs, quelques livres, etc.).Près d’un enfant sur quatre vit sous le seuil de pauvreté en Wallonie, un sur dix en Flandre. Ce chiffre atteint 4/10 à Bruxelles. Comme le souligne Unicef Belgique (2010) : "Cette situation est inquiétante, parce que la pauvreté est bien plus qu’un manque de revenus. Elle touche les êtres humains - et en particulier les enfants - dans tous les aspects de leur vie. Une mauvaise alimentation, une santé fragile, un sentiment de honte et d’infériorité, une limitation des possibilités d’éducation ainsi que l’exclusion des activités sociales ne sont que quelques-uns des aspects ayant un impact négatif sur les différents domaines de vie et le développement des enfants touchés par la pauvreté".

  • 12 mars 2016 - au colloque "Faire Bruxelles Ensemble", plus que jamais d'actualité. juifs, musulmans, chrétiens, laïcs, agnostiques, BOUDDHISTES, hommes, femmes ... Nous n'avons pas le choix ! si nous voulons un avenir pour nos enfants, pour TOUS nos enfants

« Bruxelles est une « ville-monde ».

 

Des citoyens de plus de 181 nationalités différentes s'y côtoient. La majorité de la population bruxelloise a des racines étrangères. Nous sommes tous des « Zinneke ». Néanmoins, la richesse produite est insuffisamment redistribuée, des inégalités socio-économiques nourrissent des sentiments de relégation et de discrimination qui attisent des tensions identitaires », a déclaré Laurette Onkelinx, en ouverture du colloque.

Plusieurs recommandations ont été émises dans le cadre d'ateliers de travail qui ont passé en revue des questions aussi diverses que l'identité, l’enseignement, l’emploi et la formation, qui constituent de véritables outils pour « faire ensemble ».

« Nous savons à quoi ressemblera l’avenir de Bruxelles. Il y aura plus de jeunesse, plus de diversité et une plus grande fracture sociale. Il faut avoir une vision cosmopolite urbaine, située dans le monde. Devenons aussi, dans nos mentalités, capitale de l’Europe. Une ville n’est pas un pays, c’est l’urbanité que je propose comme modèle alternatif. La cohésion dans une ville, c'est son destin commun » a expliqué Eric Corijn,  professeur de laVUB. 

Andrea Rea, sociologue de l’Université Libre de Bruxelles, en a appelé à refaire « de la politique sur du long terme, de la politique qui refuse de s’inscrire dans une échéance électorale ». 

Pour François Massoz-Fouillien, porte-parole de la Maison Arc-en-ciel, association LGBT : « Le rôle des associations est primordial. Elles rendent visibles ce qui est caché. Mais le milieu associatif est éclaté alors la que  réponse au vivre ensemble est de faire ensemble mais comment « faire » quand les réseaux ne se connaissent pas ? Il doit y avoir une volonté politique de rassembler le secteur associatif ; associations féministes, LGBT, antiracisme,… »

  • 23 janvier 2016 - Avec mes amis italiens, dans une commune qui a besoin de tout notre soutien, même si la lutte contre l'exclusion sociale doit se faire partout ! ...